Marseille : les salles de sports combattantes

Les salles de sport à Marseille n’ont jamais baissé les bras pour faire entendre leurs voix face aux restrictions du gouvernement, suite au Covid-19. Désormais, avec le deuxième reconfinement annoncé par le gouvernement, elles doivent une nouvelle fois s’adapter pour continuer à survivre.

Salledesport

Une véritable épopée

Les salles de sport ont eu la vie dure à Marseille depuis le Covid-19. La métropole d’Aix-Marseille a été placée en zone d’alerte maximale dès fin septembre, contraignant les salles à fermer leurs portes très tôt après la fin du premier confinement. Le syndicat professionnel France Active, qui comporte différentes enseignes d’exploitation de salles de sport, avait déposé, dans la foulée, pas moins de 16 référés-libertés auprès des tribunaux administratifs dans les départements où des arrêtés préfectoraux de fermeture avaient été pris.

Le préfet des Bouches-du-Rhône, à l’inverse des décisions prises à Rennes et Toulouse par exemple, avait refusé la demande de suspension pour Aix-En-Provence et Marseille. Il publiait dès le 11 octobre un nouvel arrêté interdisant toujours la réouverture des salles de sport, mais ouvrant des possibilités pour les restaurants et les bars. Loin de baisser les bras, les salles de sport à Marseille avaient continué de se battre.

Elles saisissaient alors le Tribunal Administratif de Marseille pour remettre en cause les deux arrêtés préfectoraux du 27 septembre et du 11 octobre, qui décidaient unanimement d’une fermeture de toutes les installations sportives couvertes à l’exception des pratiques scolaires dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19. Une nouvelle fois, ils étaient déboutés. Dans un dernier espoir, les exploitants de salles de sport de Marseille avaient saisi le juge des référés du Conseil d’État. Celui-ci rendait sa décision le 16 octobre, en choisissant de confirmer les décisions du tribunal administratif.

S’adapter pour survivre

Toutes ces décisions ont été jugées comme incompréhensibles pour les patrons de ces clubs, qui craignaient pour la survie du secteur et assuraient que leurs établissements n’ont jamais été des points de départ de clusters. Et pour cause, les conditions sanitaires étaient devenues particulièrement strictes au sein des salles, justement pour éviter à tout prix une potentielle fermeture.

L’incompréhension était partagée par de nombreux médecins promoteurs du sport santé, qui plaidaient pour le maintien de l’accès à l’activité physique pour les malades chroniques et les personnes âgées. Les manifestations des salles, devant le tribunal de Commerce de Marseille par exemple, avaient rassemblé du monde, fervents défenseurs de leur cause.

Après toutes ces péripéties et ce combat sans fin, l’annonce du deuxième confinement est un véritable choc. Pour la période à venir, plus aucun recours n’est possible pour les salles pour obtenir un droit d’ouverture. Il faut donc désormais s’adapter et la solution passe par la promotion du sport en ligne. C’est avec cette voie que les salles de sport espèrent survivre, malgré tout, à l’année 2020.

A propos de l’auteur

Celine A.
Celine A.
Céline est la plus jeune de l'équipe rédaction. Du haut de sa vingtaine d'année, elle est dynamique et travailleuse, rien ne l'arrête. Elle affectionne tout particulièrement les sujets un petit peu plus féminin, mais sait de quoi elle parle quand elle traite pourtant d'automobile ou de mécanique.