Chaudronnerie : un secteur bien souvent oublié par les étudiants

A l’heure où certaines écoles manquent de places, d’autres peinent à recruter. C’est ce qu’on observe dans le secteur de la chaudronnerie-métallerie. Pourtant, c’est un métier d’avenir qui est plutôt bien rémunéré. En quoi consiste réellement le métier de chaudronnier ?

Chaudronnier qui soude

Chaudronnerie : définition

Le métier de chaudronnier consiste à fabriquer des équipements à partir de métaux en feuille (acier, inox, cuivre) ou de tubes profilés. Le professionnel a alors trois missions principales :

  • Concevoir : il étudie le dessin industriel qui va lui permettre de fabriquer le produit. Pour cela, il doit reporter les indications de formes en grandeur nature puis découper les pièces à l’aide d’une cisaille ou d’un chalumeau avant de les assembler (soudage, rivet, agrafe, colle, etc).
  • Suivre le chantier : si le chaudronnier travaille sur un chantier de grande envergure, il devra se rendre sur place pour aider les ouvriers à assembler la structure métallique.
  • S’occuper de la maintenance : une fois le produit installé, certains chaudronniers doivent réparer et entretenir ces équipements.

Les méthodes de travail

En 2020, il existe 5 principales méthodes de travail :

  • le traçage : cela consiste à dessiner les pièces à plat sur la matière avant de les découper à l’aide de machines 2D ou 3D comme un découpeur plasma
  • la retreinte : pour plier le métal, il est travaillé du centre vers l’extérieur par martelage grâce à un plissoir
  • l’emboutissage : le métal est cette fois-ci travaillé de l’extérieur vers l’intérieur pour former un creux à l’aide d’un maillet ou d’un marteau
  • le planage : cette étape intervient après le retreinte ou l’emboutissage afin de durcir le métal (solidifier et polir)
  • la mise en forme : cette dernière opération consiste à assembler les éléments mécaniquement ou par soudage

Dans quel secteurs intervient la chaudronnerie ?

La chaudronnerie est un secteur d’activité très méconnu, pourtant, il intervient partout : appareils électroménagers, ascenseurs, carrosseries de voitures, etc. L’industrie agro-alimentaire représente une forte demande d’équipements utiles pour stocker ou traiter les denrées alimentaires (tapis roulants, silos, autoclaves, etc). Par ailleurs, les domaines de la chimie et de l’énergie sont également très demandeurs pour tout ce qui est stockage des fluides, tuyauterie, broyeurs, chaudières, turbines, etc.

En outre, le secteur des transports sollicite fortement les services des chaudronniers ; châssis et carrosseries des TGV, structures des avions, navires de guerre, cargos, remorqueurs… Enfin, l’industrie de l’ameublement requiert également les services des chaudronniers pour tout ce qui concerne la fabrication de certaines pièces entièrement ou partiellement constituées de métal.

En France, le métier de chaudronnier est peu et mal connu, d’où la difficulté à recruter, bien que ce soit un métier d’avenir qui paie plutôt bien (1600 euros net avec forte possibilité d’évolution).