Le logement social et la priorité nationale de Marine Le Pen

Selon Marine Le Pen, les logements sociaux en France seraient attribués en priorité aux étrangers. C’est pourquoi la présidente du front national souhaite mettre en place, une fois élue, sa mesure visant à favoriser les français en matière d’obtention de logement. On apprend aujourd’hui que les organismes HLM ont rejeté la priorité nationale aux logements préconisée par Marine Le Pen.

Des logements sociaux

Des appréciations différentes sur les chiffres

Cela fait partie intégrante du programme de Marine Le Pen, la préférence nationale appliquée au domaine du logement. Cette mesure figure ainsi à la 142ème proposition du programme de la candidate sur un total de 144 engagements. Voici que Madame Le Pen affirmait « Le logement social est attribué massivement à ceux qui arrivent sur notre territoire. Le problème, c’est qu’il y a 1,5 million de Français qui attendent un logement ». Une affirmation qui semble emplie de bon sens. Seulement voilà, d’après le ministère, les statistiques infirmeraient ces propos.

En effet, il y aurait, sur le plan national et selon l’Union sociale pour l’habitat, un organisme qui fédère des bailleurs sociaux, 4,6 millions de logements. Seulement 12 % seraient à l’heure d’aujourd’hui occupés par des familles de nationalité étrangère, un chiffre en stagnation depuis plusieurs années. Alors, qui croire ? Peut-on faire confiance aux chiffres du ministère ? Et que penser des affirmations de Marine Le Pen sur ce sujet de l’immigration qui lui tient tant à cœur ?

Le logement social dans les villes

Selon Marine Le Pen, les chiffres seraient différents selon que l’on se trouve dans les quartiers ou les villes. Etant donné que c’est dans les villes que la demande en matière de logement social est la plus forte, cela expliquerait cette différence d’appréciation entre la candidate du front national et le ministère. Et ce dernier d’ajouter que même dans les villes, l’attribution au logement pour les personnes étrangères ne seraient pas aussi élevé que ce qu’entend dire Madame Le Pen.

A Paris, les chiffres annoncent tout de même que 24 % des logements sociaux sont attribués aux étrangers hors UE et ils sont 3,8 % en tant que ressortissants de l’Union Européenne à faire une demande de HLM à Strasbourg ou dans toutes autres villes de France. Les bailleurs sociaux demeurent à ce jour choqués par cette affirmation selon laquelle il y aurait une préférence étrangère aux logements. La mesure de Marine Le Pen a même été jugée comme une mesure xénophobe et contraire à nos valeurs.

A propos de l’auteur

Celine A.
Celine A.
Céline est la plus jeune de l'équipe rédaction. Du haut de sa vingtaine d'année, elle est dynamique et travailleuse, rien ne l'arrête. Elle affectionne tout particulièrement les sujets un petit peu plus féminin, mais sait de quoi elle parle quand elle traite pourtant d'automobile ou de mécanique.