Les migrants de Calais sont évacués de la Jungle par centaines

Ce lundi matin a été très spécial pour les habitants de Calais qui demandaient depuis des mois l’évacuation totale des migrants. Ces derniers installés dans une « Jungle » ont rejoint le point de rassemblement fixé au préalable.

Les migrants

Les mineurs sont invités à rester encore deux semaines supplémentaires

451 zones en France ont été déterminées afin d’accueillir les migrants, mais près de 2000 ne souhaitent pas quitter les lieux. Les autorités en charge ont été confrontées à plusieurs réticences dès le début de l’évacuation qui a commencé aux alentours de 5 heures du matin. Certains avaient tout de même rejoint le point de rassemblement, mais une exception est faite pour les mineurs. Ces derniers pourront séjourner dans cette « Jungle » pendant 15 jours supplémentaires, car ils ne connaissent pas leur sort. Soit, ils pourront se rendre dans des zones sur le sol français, soit ils seront envoyés en Grande-Bretagne.

12 régions de France vont accueillir des migrants

Pour une grande majorité, c’est un nouveau départ. Ils étaient heureux à l’idée d’avoir un toit sur la tête, à manger, une possibilité de suivre des études. Le premier autocar qui a pris la route a donc amené près de 60 Soudanais vers un Centre d’accueil et d’orientation. Plusieurs ont été ouverts dans le cadre de cette évacuation. Toutefois, l’accès à ce moyen de transport n’est pas aussi simple puisque chacun des migrants doit se rendre dans un hangar où un bracelet est distribué. Après avoir suivi un entretien sur le même lieu, ils ont la possibilité d’être dispatchés dans les 12 régions de France, sauf la Corse. Le choix s’effectue principalement en fonction de leur situation personnelle.

Une forte présence policière aux abords de la « Jungle » de Calais

Ils peuvent donc sélectionner l’une des deux régions annoncées et les départs en groupe sont tout à fait possibles. À ce stade, ils reçoivent un bracelet et peuvent rejoindre les bus. Selon les propos du ministère de l’Intérieur, l’évacuation s’est déroulée dans le calme. Il y a eu quelques avertissements. En effet, les autorités ont préféré jouer la transparence en insistant sur le fait qu’il y aurait des interpellations si un refus était au rendez-vous. De ce fait, la police était largement présente à Calais puisqu’il y a tout de même des milliers de migrants à acheminer.

A propos de l’auteur

Boris H.
Boris H.
Boris est une personne qui touche à tout et qui s'intéresse à tout depuis son plus jeune âge. Dès son enfance, il apprit à parler et à écrire très jeune. Un don qu'il n'a pas tardé à mettre en pratique dans son métier en devenant rédacteur. Aujourd'hui, de part son expérience, il a rejoint l'équipe de EXS afin de gérer le pôle rédaction et orienter les rédacteurs sur les sujets à traiter.