Maladie de Lyme : trois points du plan retiennent l’attention

La maladie de Lyme est particulièrement inquiétante lorsque le diagnostic n’est pas réalisé au début de la contamination. Les médecins ont quelques difficultés pour identifier rapidement ce problème de santé.

La plaque rouge

Offrir une prise en charge beaucoup plus rapide

Depuis de nombreuses années, les associations crient leur désespoir pour tenter de capter l’attention des pouvoirs publics. La situation semble enfin se débloquer alors que les patients ont souvent été oubliés des politiques de santé. Marisol Touraine a eu l’idée de dévoiler un plan national afin de lutter réellement contre la maladie de Lyme. Il possède un objectif principal qui consiste à soigner efficacement les malades, comprendre davantage le mécanisme tout en déployant les outils nécessaires pour optimiser la prévention. Pour rappel, il suffit d’une piqûre de tique pour être infecté. Si une plaque rouge apparaît quelques jours plus tard, la consultation chez un médecin est inévitable.

Ne plus mettre de côté la maladie de Lyme lors d’un diagnostic

Avec une prescription d’antibiotiques, la situation risque de rentrer dans l’ordre très rapidement. La ministre de la Santé a donc développé trois points très importants et le premier concerne la prise en charge. La maladie de Lyme s’avère être particulièrement complexe, car les symptômes sont identiques à ceux d’un problème lambda. Par conséquent, Marisol Touraine souhaite que des examens précis soient mis en place afin de l’identifier au plus vite si une suspicion subsiste. Le plan de lutte veut que la recherche soit optimisée. Les scientifiques sont invités à développer des traitements tout en améliorant les techniques dédiées au diagnostic. La ministre a donc décidé d’encourager une cohorte.

Renseigner le plus possible le public

Le troisième point a également une importance, car finalement la plaque rouge peut s’avérer anodine surtout lorsqu’elle apparaît quelques jours plus tard après la piqûre. L’information est le meilleur moyen de lutter contre la maladie de Lyme. Le public doit obtenir une multitude de données pertinentes, elles devront s’articuler sur les risques encourus lors d’une promenade en forêt, les techniques à employer afin d’identifier ce problème de santé.

En parallèle, il a été décidé de proposer une application mobile dans le but de signaler la présence ou non de tiques dans les environs. Les randonneurs seront ainsi informés rapidement lors de leur balade.

A propos de l’auteur

Guy T.
Guy T.
Guy est le doyen de l'équipe de rédaction. A l'approche de ses 40 printemps, il amène l'expérience et la sagesse dans notre équipe et offre son aide et son soutien aux plus jeunes du groupe. Un membre indispensable dans la rédaction de EXS qui sait traiter des sujets en profondeur en connaissant les antécédents.