Jérôme Kerviel : la Société Générale reçoit 1 million d’euros

Jérôme Kerviel se retrouve dans une situation extrêmement complexe, car la Société Générale semble avoir remporté une petite bataille. La cour d’appel de Versailles a estimé le montant des dommages et intérêts, la facture est moins lourde.

Jérôme Kerviel

Un montant beaucoup plus faible décidé par la justice

Au départ, la somme devait être beaucoup plus importante puisqu’elle avait été estimée à pratiquement 5 milliards d’euros, mais la cour d’appel de Versailles a rendu un autre verdict ce vendredi. Jérôme Kerviel a été condamné à verser un montant plus faible puisqu’il s’articule autour d’un million d’euros. Même si la Société Générale remporte une petite bataille, le jugement est finalement en faveur de l’ancien trader qui a déjà été condamné. En effet, au niveau pénal, la justice française a décidé de cinq ans de prison, dont deux avec sursis pour plusieurs chefs d’accusation à savoir usage de faux, introduction frauduleuse de données ou encore abus de confiance.

La Société Générale aurait dû contrôler les agissements de Kerviel

Les juges ont pu constater pendant l’examen de ce dossier que le premier incident qui demandait une attention particulière avait été enregistré pendant l’été 2005. Pourtant, l’affaire contre la Société Générale a été identifiée très tardivement, à savoir au mois de Janvier 2008. Ils ont ainsi pu préciser que l’employeur n’avait pas mis en place une surveillance accrue permettant de mettre un terme à cette problématique. Par conséquent, des experts auraient eu l’occasion de constater que la méthode mise en place par Jérôme Kerviel n’était pas celle attendue.

Jérôme Kerviel a reçu une indemnité pour son licenciement

Certes, le jeune trader avait pris des risques à l’époque, mais la Société Générale était également fautive à cause de son aveuglement. La cour d’appel de Versailles a insisté sur le fait que l’ancien trader avait rapidement identifié les vulnérabilités du système de la banque. Ils pouvaient ainsi les utiliser afin de masquer ses activités frauduleuses sans pour autant être sous une surveillance importante. De ce fait, si l’établissement avait suivi véritablement Jérôme Kerviel, les accidents n’auraient jamais été au rendez-vous.

En parallèle, il a eu l’occasion de récupérer pratiquement 455 000 euros devant les Prud’hommes. Il avait pu prouver que son licenciement avait été abusif. Toutefois, cette somme d’argent pourrait en partie être utilisée par la Société Générale qui sera en mesure de rembourser son préjudice. Il est important de noter que l’établissement a bénéficié d’une déduction d’impôts de 2.2 milliards d’euros à cause des pertes.

A propos de l’auteur

Celine A.
Celine A.
Céline est la plus jeune de l'équipe rédaction. Du haut de sa vingtaine d'année, elle est dynamique et travailleuse, rien ne l'arrête. Elle affectionne tout particulièrement les sujets un petit peu plus féminin, mais sait de quoi elle parle quand elle traite pourtant d'automobile ou de mécanique.