Pour lutter contre la cocaïne, des chercheurs misent sur un vaccin

C’est une méthode particulièrement surprenante, mais le Brésil a décidé d’opter pour toutes les solutions au vu du fléau que représente la cocaïne dans le pays et le monde entier. Les chercheurs ont donc le souhait de développer un vaccin.

Cocaïne

Des premiers tests réalisés sur des animaux

Ce projet ne commence pas aujourd’hui, puisqu’il a vu le jour il y a plus de deux ans. Il faut noter que le Brésil tente de trouver des armes afin de lutter contre cette dépendance qui décime des familles entières. En naviguant dans les rues, il n’est pas rare de découvrir des quartiers particulièrement dévastés par la drogue, mais cela ne concerne pas que ce pays. D’autres sont également confrontés à une recrudescence de ces substances illicites qui ne cessent d’attirer les plus jeunes. Les chercheurs ont donc développé une molécule qui est sur le point d’être testée sur des animaux.

Au vu des résultats, des expériences sur l’Homme pourraient être envisagées, mais actuellement aucune date n’est au rendez-vous, même si l’objectif semble être clairement défini.

Emprisonner la cocaïne avant qu’elle atteigne le cerveau

Les scientifiques estiment qu’un vaccin pourrait favoriser cette lutte. Ils ont partagé leurs volontés auprès de l’Agence France Presse en expliquant que la molécule avait un but précis. Elle doit stimuler le système immunologique notamment pour que des anticorps soient produits. Ils seraient ainsi en mesure de contrer la cocaïne dans le corps tout en optimisant le sevrage. Pour cela, une méthode très complexe a été mise en avant, car ces anticorps auraient la lourde tâche d’emprisonner cette drogue pour qu’elle ne puisse pas atteindre le cerveau et donc apporter cette sensation tant recherchée qui est une source de dépendance à ne pas négliger.

Des tests actuellement mis en place pour les animaux

Un spécialiste brésilien, Angelo de Fatima a précisé que l’utilisateur de cette substance n’aura clairement aucune envie de l’ingurgiter à nouveau puisque les effets auparavant observés ne seront plus au rendez-vous. Ce vaccin serait très appréciable, mais ce ne serait pas le seul point positif identifié. Une personne immunisée contre cette drogue pourrait être à l’abri d’un abus, voire d’une overdose. Il faudra patienter pour savoir si cette molécule portera ses fruits lors des tests sur les animaux. S’ils sont prometteurs, nous pourrions constater le début d’une nouvelle étude dédiée cette fois aux Hommes, mais la commercialisation d’une telle substance demandera sans doute des années.

A propos de l’auteur

Victoria F.
Victoria F.
Victoria est l'acrobate de l'équipe de rédaction. Elle peut vous parler de tout pendant des heures, produire des articles sur la finance, la culture ou le sport en même temps sans se mélanger dans ses idées, un véritable petit génie. C'est aussi le dernier rédacteur, enfin rédactrice, qui a rejoint l'équipe.