Les changements du 1er Juillet en matière de voitures et de sacs

Comme c’est le cas pour le 1er Janvier, le début du mois de Juillet est synonyme de changements. Le chamboulement le plus important concerne sans doute l’arrêt des sacs plastiques. Ils sont désormais interdits dans les commerces.

Des sacs en plastique

Les sacs en plastique n’accèdent plus aux caisses

Si vous aimiez demander en caisse un sac plastique, il faudra désormais opter pour une nouvelle stratégie. Comme l’a souhaité Ségolène Royal, la ministre de l’Écologie, ces contenants disparaissent dès le 1er Juillet de toutes les caisses de France. Par conséquent, les commerces de proximité ne sont pas les seuls à être la cible de cette interdiction puisque les marchés n’auront plus l’occasion d’en donner aux clients. Ces derniers se questionnent déjà sur leur solution de secours, il sera donc judicieux de se focaliser sur les sacs utilisables sur le long terme ou opter pour un panier. Pour l’instant, la première étape n’est pas si contraignante, la seconde le sera davantage.

Dans quelques mois, tous les sacs ainsi que les emballages qu’il est possible de découvrir dans les divers rayons seront logés à la même enseigne. En effet, vers les fruits et les légumes, il est toujours très appréciable de prendre un sac en plastique pour y verser les tomates, la salade…

Le plastique sera interdit dans l’ensemble des commerces

Dès le 1er Janvier de l’année prochaine, ce ne sera plus possible. Dans ce cas, ce sera sans doute le retour des sacs en papier. Ceux qui auront une teneur en matière végétale auront la possibilité de trôner dans les rayons, ce sera aussi le cas pour les compostables. Tout le reste sera relégué aux oubliettes. En matière d’écologie, la France a voté une seconde loi qui risque de causer quelques problèmes de circulation. En effet, tous les véhicules qui porteront une immatriculation antérieure au 1er Janvier 1997 n’auront pas la capacité de rouler uniquement dans Paris.

Les anciennes voitures n’entrent plus à Paris

Il est important de noter que cette mesure ne concernera pas les autres villes de France. Les deux roues immatriculés avant le 1er Juin 1999 n’auront plus l’occasion d’intégrer les routes parisiennes. L’objectif consiste à supprimer tous les véhicules les plus polluants, les versions anciennes sont donc les premières victimes. Selon les données du ministère de l’Écologie, cela devrait permettre à 10 000 automobiles de ne plus circuler. Ce chiffre doit toutefois être relativisé, car il est primordial d’insister sur le fait que la capitale française voit défiler tous les jours 600 000 voitures. Par conséquent, c’est quelque peu une goutte d’eau dans la mer.

A propos de l’auteur

Celine A.
Celine A.
Céline est la plus jeune de l'équipe rédaction. Du haut de sa vingtaine d'année, elle est dynamique et travailleuse, rien ne l'arrête. Elle affectionne tout particulièrement les sujets un petit peu plus féminin, mais sait de quoi elle parle quand elle traite pourtant d'automobile ou de mécanique.