Augmentation du risque de la maladie de Lyme en France à cause des tiques

Les tiques sont de petites bêtes peu ragoutantes, mais elles ont un pouvoir néfaste sur la santé des humains et des animaux. Avec l’arrivée de l’été, leur nombre ne cesse de croître, ce qui accentue le risque de contamination.

Une tique

Attention aux tiques qui transmettent la maladie de Lyme

Contrairement aux idées reçues, la tique ne s’attaque pas seulement aux animaux, car les humains sont eux aussi des cibles privilégiées. Lorsqu’ils se promènent dans les forêts, il est recommandé de porter des vêtements longs et surtout de regarder toutes les zones du corps sans oublier les cheveux pour identifier éventuellement les Ixodida. Ces derniers baptisés aussi tiques recommencent à envahir toutes les régions de France à cause de l’arrivée de l’été. La vigilance est de mise puisqu’ils sont susceptibles de transmettre la maladie de Lyme. Elle est très difficile à diagnostiquer et, pourtant, elle est extrêmement handicapante pour les patients.

Lorsque les professionnels de santé réussissent à déterminer les symptômes de cette infection, ils proposent un traitement antibiotique. Généralement, lorsque la maladie est traitée le plus tôt possible, les chances d’une complète guérison sont plus grandes.

Une infection très complexe à diagnostiquer

Dans ce cas de figure, les médecins auront tendance à prescrire de l’amoxicilline ou encore la doxycycline. Lorsque les symptômes prennent une importance plus élevée, les traitements s’articulent autour d’une intraveineuse. Elle est recommandée dès que le patient souffre d’une encéphalite ou d’une méningite. L’objectif consiste à délivrer au plus vite l’antibiotique grâce à un cathéter veineux central périphérique.

Les personnes peuvent être la cible de problèmes cardiaques, ophtalmiques ou encore neurologiques, et même articulaires. La diversification des maux explique la difficulté d’établir un diagnostic. Dans un premier temps, les médecins auront tendance à évoquer des maladies en lien avec la neurologie ou le cœur. C’est souvent en dernier recours, lorsque les patients sont à bout de nerf que la piste de la maladie de Lyme est enfin envisagée.

Ne pas arracher la tique sans l’ustensile

Dès qu’une tique est présente sur la peau d’un humain ou d’un animal, il ne faut pas l’arracher avec les mains ou une pince à épiler. Cette erreur ne permet pas d’extraire la tête de la bête. Il est impératif d’acquérir une pince spécifique qui facilite l’extraction grâce à un mouvement de rotation en coinçant la tique dans la fente prévue à cet effet. Lorsqu’elle a été retirée, désinfectez la plaie et surveillez celle-ci.

A propos de l’auteur

Celine A.
Celine A.
Céline est la plus jeune de l'équipe rédaction. Du haut de sa vingtaine d'année, elle est dynamique et travailleuse, rien ne l'arrête. Elle affectionne tout particulièrement les sujets un petit peu plus féminin, mais sait de quoi elle parle quand elle traite pourtant d'automobile ou de mécanique.