Pour contrer la douleur, l’amitié serait plus intéressante que la morphine

Pour mettre un terme à la douleur, certains ont recours massivement aux médicaments, mais une nouvelle étude met en avant les vertus de l’amitié. Les effets produits seraient plus importants que ceux de la morphine.

L'amitié

L’intérêt des liens sociaux dans le traitement de la douleur

Aujourd’hui, les relations virtuelles ne cessent de prendre de l’ampleur, les internautes délaissent donc les interactions sociales réelles. Cela peut engendrer plusieurs maux et notamment la solitude. Cette analyse est illustrée par cette enquête publiée dans la revue Nature. Elle montre l’importance de l’amitié qu’il ne faudrait pas négliger. Ce sont des chercheurs britanniques de l’Université d’Oxford qui se sont penchés sur son effet antalgique. 1100 personnes ont ainsi collaboré en partageant leurs liens sociaux. En étudiant avec précision ces derniers, les scientifiques ont pu découvrir que la souffrance était moindre pour les personnes les plus entourées.

A contrario, des états dépressifs et un certain mal-être étaient identifiés lorsque les personnes restaient isolées. Il est judicieux de noter que nous parlons d’amitié lorsqu’un individu est contacté au moins une fois par mois.

Une situation expliquée par la sécrétion d’endorphines

Les auteurs de cette enquête ont prouvé que la qualité ainsi que la quantité des relations sociales avaient une valeur non négligeable. Elle aurait un impact privilégié sur la santé mentale et physique. Ils ont tenté d’en apprendre davantage sur ce mécanisme, ils ont découvert que les endorphines étaient responsables de cet effet antalgique qui s’avère être plus fort que la morphine. Par conséquent, dans certains cas de figure, une bonne dose d’amitié serait plus efficace que des médicaments opiacés. Ces hormones sont donc reliées au plaisir, mais elles ont également un pouvoir analgésique.

Une relation amicale de qualité est plus forte que la morphine

Cet impact s’explique aussi par cette capacité d’avoir un rôle d’antidouleur naturel. Cette étude est particulièrement intéressante, mais elle mérite quelques travaux supplémentaires. Nous savons désormais que l’amitié a un pouvoir important, mais il serait judicieux de comprendre un peu mieux ces mécanismes. En effet, existe-t-il des liens sociaux plus intéressants que d’autres ? Comment peut-on définir une relation amicale de qualité ?

De plus, les hormones sont sécrétées dans différentes situations puisque l’amitié n’est pas la seule source existante. Les scientifiques pourraient ainsi enquêter sur d’autres mécanismes susceptibles d’engendrer une production d’endorphines. Les sportifs qui éprouvent du plaisir au cours d’une pratique bénéficient de cette même sécrétion, sont-ils en mesure d’avoir un impact similaire même si les relations sociales ne sont pas aussi importantes ?

A propos de l’auteur

Boris H.
Boris H.
Boris est une personne qui touche à tout et qui s'intéresse à tout depuis son plus jeune âge. Dès son enfance, il apprit à parler et à écrire très jeune. Un don qu'il n'a pas tardé à mettre en pratique dans son métier en devenant rédacteur. Aujourd'hui, de part son expérience, il a rejoint l'équipe de EXS afin de gérer le pôle rédaction et orienter les rédacteurs sur les sujets à traiter.