Santé : À la découverte de la maladie de Parkinson

C’est ce lundi qu’est la journée mondiale de la maladie de Parkinson. C’est un handicap très sérieux dans la vie de plusieurs personnes qui touche aujourd’hui près de 150 000 Français. C’est la maladie neurodégénérative la plus répandue après l’Alzheimer. Elle a été décrite pour la première fois par un médecin anglais, James Parkinson, d’où son nom.

Parkinson

Les causes de la maladie

Dans la plupart des cas, elles restent inconnues. Mais elles peuvent être liées à des facteurs génétiques ou environnementaux. Par exemple, avec l’âge de la personne peut être une raison. Un autre facteur établi et qui touche les agriculteurs, c’est l’exposition fréquente à des pesticides.

Les signes de la maladie

La maladie de Parkinson est liée à la dégradation des neurones « dopaminergiques », indispensable au contrôle des mouvements du corps. Les symptômes restent dans plusieurs cas invisibles. Mais les signes dits moteurs peuvent se manifester par le tremblement au repos, la raideur ainsi que la lenteur du mouvement. Par ailleurs, il existe aussi des symptômes non moteurs, qui sont très difficiles à détecter.

Les symptômes non moteurs

Ils sont nombreux et peuvent se manifester par une fréquence de somnolence au quotidien, des problèmes de sommeil, la constipation, la dépression ou l’hallucination, la fatigue continue et des troubles cognitifs. La maladie peut aussi être annoncée par d’autres signes.

Le diagnostic de la maladie

Le diagnostic est fait par un médecin spécialiste, il est toujours clinique pour l’instant. L’apparition d’au moins deux signes moteurs chez la personne reste le premier indice de la maladie. Mais d’autres signes non moteurs peuvent aussi annoncer la pathologie, car il existe plusieurs symptômes différents liés à cette maladie.

L’évolution de la maladie

En principe, la maladie se déroule sur trois phases :

Après le diagnostic, un traitement est envisagé pour remplacer la dopamine manquante. Cette dernière est un médiateur chimique du système nerveux et est très indispensable pour le contrôle des symptômes de la maladie, comme la raideur, la lenteur du mouvement et les tremblements.

Cependant, des effets non désirés sur la motricité peuvent aussi apparaitre après quelques années de traitement. C’est la phase de l’effet baptisé « on/off », indiquant à la fois des moments de forme « on » dans la journée, et des moments de troubles « off ».

La phase trois de la maladie est la plus délicate. De plus en plus de complications apparaissent, face à l’inefficacité du traitement. Difficultés accrues à la marche, occasionnant des chutes fréquentes, le déséquilibre, les difficultés de parler et des troubles cognitifs deviennent beaucoup plus accentués.

Traitement de la maladie

Il n’y a pas encore de traitement efficace disponible pour le moment. Les seuls traitements qui existent sont destinés à gérer les symptômes de la pathologie.

Effets secondaires des médicaments

Près de la moitié des personnes traitées affirment avoir stoppé le traitement à cause de l’apparition de quelques effets secondaires gênants. La lévodopa, qui est le principal médicament de traitement provoque souvent des troubles anormaux après quelques années.

La rééducation pour les malades

C’est une étape très importante dans la vie des malades. La kinésithérapie est prisée par plus de la moitié des malades. En effet, des exercices physiques peuvent aider à soulager les symptômes de cette maladie handicapante et faciliter un effet positif des médicaments.

Les recherches pour un remède

Le champ des maladies neurodégénératives reste encore un défi pour les scientifiques. Pour la maladie de Parkinson, les chercheurs sont intéressés aujourd’hui par l’étude du comportement d’une protéine dénommé l’alpha-synucléine. La maitrise du comportement de cette dernière pourrait aboutir de manière évidente à la proposition d’un remède. Par ailleurs, d’autres études sont aussi menées sur les mitochondries dans la dégénérescence neuronale.

Le nombre de malades en France

Cette maladie de Parkinson touche près 150 000 personnes en France. La plupart des personnes concernées ont environ 59 ans. La maladie touche très rarement la population de moins de 40 ans. 8 000 nouveaux cas sont signalés chaque année, ce qui représente un total de 1% de la population dépassant les 60 ans.

A propos de l’auteur

Victoria F.
Victoria F.
Victoria est l'acrobate de l'équipe de rédaction. Elle peut vous parler de tout pendant des heures, produire des articles sur la finance, la culture ou le sport en même temps sans se mélanger dans ses idées, un véritable petit génie. C'est aussi le dernier rédacteur, enfin rédactrice, qui a rejoint l'équipe.