Une polémique concernant le caractère toxique du diesel

La polémique a été provoquée par le médecin pneumologue et spécialiste en allergie, Michel Aubier. Ce dernier qui officie à l’hôpital Bichat est également conseiller du groupe Total. Il a évoqué dans plusieurs médias que le diesel aurait une toxicité minime notamment sur la santé.

Pollution

Des déclarations faites sur plusieurs médias

C’est à travers Allô Docteur, une émission de France 5, qui s’est tenue le 1er Mars, que le Professeur Aubier a dit que la pollution dans notre atmosphère ne pouvait causer de cancer que dans le cas d’une très forte exposition. De même, elle s’aggraverait chez les fumeurs. L’association « Strasbourg respire » a déploré cette affirmation du professeur en rappelant qu’il était nécessaire d’apporter des corrections aux déclarations qui ne sont pas en phases avec les  recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Cette dernière avait depuis 2012 qualifié le diesel comme produit cancérigène.

Selon le président de l’Asef (association santé environnement France), Pierre Souvet, l’objectif est de restaurer la vérité afin d’éviter que la population ne soit victime d’une fausse information. Le médecin spécialiste de la radiologie, Thomas Bourdrel ajoute que même à faible dose, les particules fines peuvent être à l’origine du cancer.

Pour donner du poids à ses dires, Michel Aubier n’a pas hésité à critiquer l’OMS en rappelant les erreurs passées de l’organisation notamment sur la grippe aviaire. Selon lui, il faut prendre avec des pincettes certains discours alarmistes. Le docteur continue en disant que 95% des cas de cancers du poumon sont dus au tabac alors que de nombreux patients soupçonnent le diesel.

L’enquête faite sur la personnalité du médecin révèle qu’il a une bonne réputation notamment sur les médias où il intervient régulièrement sur les problèmes de pollution. Cependant, le docteur cache bien son rôle en tant que conseiller et médecin chez Total depuis les années 90.

Une relation avec Total peu connue

Au cours d’une audition initiée par le Sénat, le 15 avril de l’année 2015 sur la charge financière et économique de la pollution de l’atmosphère, Michel Aubier avait participé à la séance sous serment pour n’avoir aucune relation d’intérêt avec les acteurs économiques visés. Il a d’ailleurs reconnu n’avoir pas donné cette information qui pouvait être importante pour le Sénat. Cependant, il assure que sa position sur les problèmes de pollution n’est nullement affectée par ses activités professionnelles.

Il est chargé de suivre les dirigeants de Total pour leur santé et conseille la direction sur les impacts sanitaires dans le cadre du travail. Même M. Hirsch n’était pas au courant de cette relation plus qu’ambigüe, lui qui a fait de la lutte à l’égard des conflits d’intérêt, une priorité au niveau notamment de l’AP-HP. C’est dans ce sens qu’il a envoyé une lettre à la commission d’enquête du Sénat afin d’obtenir des éclairages.

Le docteur Aubier lui aurait dit qu’il avait l’autorisation pour mener ces activités depuis les années 90, mais aucun document n’a été jusque-là trouvé dans ce sens même si le médecin dit posséder un exemplaire. Martin Hisrch n’a pas oublié de mentionner que le cumul d’activités, qui n’est souvent pas pris en compte, peut avoir des conséquences lourdes pour la personne qui la pratique.

A propos de l’auteur

Guy T.
Guy T.
Guy est le doyen de l'équipe de rédaction. A l'approche de ses 40 printemps, il amène l'expérience et la sagesse dans notre équipe et offre son aide et son soutien aux plus jeunes du groupe. Un membre indispensable dans la rédaction de EXS qui sait traiter des sujets en profondeur en connaissant les antécédents.