Sécurité sociale : un recul de 3,1 milliards d’euros sur le déficit

Le déficit de la Sécurité sociale a reculé contre toute attente de 3,1 milliards d’euros. En effet pour le régime général de la sécurité sociale, on s’attend à un déficit de 6,6 milliards sur l’année 2015. Cela est une bonne avancée par rapport à 2014 où le déficit était de 9,7 milliards d’euros. On assiste donc à l’annonce d’un déficit qui est inférieur aux prévisions inscrites dans la loi de finances de la Sécurité sociale (9 milliards). Par ailleurs, il faut aussi remarquer que le déficit atteindra la barre des 10,6 milliards d’euros avec le Fonds de solidarité vieillesse (FSV), soit 2,6 milliards de réductions, par rapport à l’année 2014 où elle était de 13,2 milliards.

Sécurité sociale

Une meilleure politique de « maîtrise des dépenses »

Pour rappel, le déficit de l’État a déjà été inférieur par rapport aux prévisions faites par la loi de finances, avec un montant de 70,5 milliards d’euros contre 73 milliards. À présent, les chiffres de la Sécurité sociale et du déficit de l’État montrent une prévision en 2015 d’un déficit public inférieur au 3,8% du PIB. Les résultats nets seront attendus ce 25 mars 2016.

D’ailleurs, Michel Sapin, le ministre des Finances a récemment annoncé que le déficit de la Sécurité sociale en 2015 s’est montré « plus faible que prévu » grâce à une meilleure « maîtrise des dépenses ». Par ailleurs, le Parlement avait aussi adopté en définitive le projet de budget pour l’année 2016. Ce texte avait aussi pour objectif de ramener sous la barre des 10 milliards d’euros le déficit.

Ce progrès se traduirait dès lors, par la croissance des dépenses encore plus limitées selon le ministre « sans pour autant qu’on ait diminué le niveau de remboursement aux assurés ». Il y a aussi la hausse des recettes, sur le fond de reprise de créations d’emplois.

Impossible de retrouver l’équilibre avant 2020 ou 2021

L’année dernière, une prévision pour espérer un probable retour de l’équilibre avant 2020 ou 2021 avait été formulée par la commission des comptes de la Sécurité sociale. En effet, cette dernière juge qu’il était illusoire de penser à retrouver l’équilibre avant au moins 2020 ou 2021. Par ailleurs pour obtenir de meilleurs résultats, Marisol Touraine, la ministre de la Santé, compte mettre en place une politique de développement de l’ambulatoire (réduire les hospitalisations,  plus de soins en ville) ainsi que les médicaments génériques. C’est en effet une suite de points d’économies détaillés dans un plan triennal dépassant les 10 milliards d’euros et qui s’étend jusqu’à la fin du quinquennat. Il y va aussi dans ce plan de la question de la maîtrise de la masse salariale de l’hôpital.

La Sécurité sociale occupe presque la moitié de la dépense publique et le déficit de l’Assurance-maladie qui intègre les trois éléments du déficit public, fait partie du budget de l’État et des comptes des collectivités locales. Ces derniers ont toujours été déficitaires.

A propos de l’auteur

Guy T.
Guy T.
Guy est le doyen de l'équipe de rédaction. A l'approche de ses 40 printemps, il amène l'expérience et la sagesse dans notre équipe et offre son aide et son soutien aux plus jeunes du groupe. Un membre indispensable dans la rédaction de EXS qui sait traiter des sujets en profondeur en connaissant les antécédents.