Réunion de la BCE : les attentes des consommateurs

Les attentes sont très nombreuses sur le marché financier et pour beaucoup, la BCE ne décevra pas. Contrairement au mois de décembre où elle avait beaucoup déçu dans ses décisions, les consommateurs espèrent que la réunion qui se tiendra le 10 mars à Francfort offrira une issue plus satisfaisante au marché. Les experts espèrent que la BCE assouplira de nouveau sa politique monétaire. Cette dernière est très peu soutenue et l’inflation est toujours faible.

Paris Investissement étranger

La position d’Edmond de Rothschild Asset Management (AM)

« La BCE doit faire preuve d’imagination » selon Edmond de Rothschild Asset Management (AM). En effet, pour ce dernier, l’institution monétaire de l’Union européenne pourrait prendre certaines initiatives allant dans le sens de la « baisse massive des taux directeurs » ou « pour certaines banques ciblées, leur donner un appui afin d’éviter qu’une nouvelle diminution des taux ne vienne menacer davantage les perspectives de rentabilité du secteur ».

Il serait aussi possible pour la BCE d’étendre son programme actuel de rachat d’actifs obligataires. Toujours selon Edmond, les taux pourraient être plus bas en Europe si une politique monétaire plus favorable est mise en œuvre. Cela permettra d’éviter le risque d’écartement des taux (spreads) sur la dette souveraine périphérique.

L’opinion de SYZ Asset Management

Il serait possible pour la BCE de diminuer l’euro en mettant une politique monétaire plus souple selon SYZ Asset Management, une entité de gestionnaire d’actifs suisse. Cette dernière envisage de réintroduire les TLTO malgré ses résultats décevants. Cela permettrait aux banques d’épauler en partie la BCE dans les situations où elle ne veut pas ou ne peut pas racheter sur le marché de la dette privée ou des autres actifs plus risqués que les obligations gouvernementales.

Le SYZ estime pour sa part qu’il est temps que la BCE agisse vu les dernières statistiques ou elle avait beaucoup déçu. Cette opinion qui est aussi partagée par la société de gestion américaine Fidelity. Elle estime que les erreurs commises par la BCE en décembre lui ont servi de leçon, car elle a eu à poser entre temps des actes allant dans le sens d’une meilleure gestion des anticipations.

Lombard Odier Investment Managers

Cette position de SYZ est aussi partagée par le Lombard Odier Investment Managers. Cette banque suisse soutient que le directeur de la BCE, Mario Draghi, devrait mettre une stratégie « dovish » (favoriser la mise en place d’une période où on constate une baisse continue et importante des taux d’intérêt), accompagnée d’une réduction de 20 points de base. Elle est prête à réduire ses taux d’intérêt. Toujours selon Lombard Odier, les obligations japonaises à 10 ans adoptées par les Bunds allemands pourraient s’étendre sur toute l’Europe. Cette dernière est une zone pour ces obligations.

A propos de l’auteur

Victoria F.
Victoria F.
Victoria est l'acrobate de l'équipe de rédaction. Elle peut vous parler de tout pendant des heures, produire des articles sur la finance, la culture ou le sport en même temps sans se mélanger dans ses idées, un véritable petit génie. C'est aussi le dernier rédacteur, enfin rédactrice, qui a rejoint l'équipe.