Tension entre États-Unis et Israël : Netanyahu décline l’invitation d’Obama

On constate aujourd’hui que le climat entre les États-Unis et Israël est très tendu. En effet, le président israélien vient de décliner l’invitation de son homologue américain. Il faut dire que cela a été une grande surprise vu les bonnes relations qu’il y a toujours eu entre les deux pays.

Israel

Ne pas impacter les primaires américaines

La Maison-Blanche devra patienter pour rencontrer le premier ministre israélien. D’après le communiqué des responsables du bureau de Benjamin Netanyahu, l’État hébreu a décliné l’invitation, car ne voulant pas interférer dans les primaires américaines qui se déroulent actuellement aux États-Unis. Cette rencontre qui était prévue pour le 18 mars n’aura pas finalement lieu.

Le gouvernement américain n’a pas tardé à réagir. D’après Ned Price, porte-parole du Conseil de sécurité nationale (NSC), la Maison-Blanche a été surprise d’apprendre par les médias que le premier Israélien n’a pas accepté l’invitation. Toujours selon lui, c’est le gouvernement israélien qui a lui-même demandé une rencontre avec le président américain le 17 ou 18 mars. Finalement, la date du 18 aurait été retenue et les préparations pour l’accueil du président israélien avaient débuté. Ce refus vient au moment où le vice-président américain Joe Biden doit se rendre en Israël.

L’origine du refus : l’aide militaire américaine

D’après les quotidiens Haaretz et Yedioth Ahronoth, ce refus aurait un rapport avec l’aide militaire américaine à Israël. Face à la menace iranienne, Israël devra être sur ses gardes. Pour cela, son premier ministre voudrait entamer les prochaines négociations sur l’aide militaire américaine avec le prochain président américain. L’accord de 2007 prévoyait une aide de 30 milliards de dollars sur 10 ans, ce qu’il considère très peu aujourd’hui.

Obama pour sa part aurait entamé des discussions pour obtenir un accord avec son homologue afin de participer à la sécurité d’Israël. Lors des négociations en 2015 sur le nucléaire iranien, de nombreuses tensions avaient eu lieu entre ces deux alliés de toujours. Mais par la suite, ils se sont engagés à consolider leurs liens stratégiques. Sur ce, cette visite de de Joe Biden s’orientera sur les questions communes aux deux Etats : les menaces terroristes, la situation en Syrie, l’influence de l’Iran dans la zone…

Toutefois, sur le point le plus essentiel, à savoir le conflit israélo-palestinien, le vice-président ne présentera pas une nouvelle initiative majeure selon l’administration américaine. Il rencontrera les deux dirigeants, Netanyahu le matin à Jérusalem et Mahmoud Abbas le soir à Ramallah.

L’issu de ce conflit semble de plus en plus difficile. Durant ces cinq derniers mois, les violences ont repris dans la zone. D’après, l’expert Jonathan Rynhold, l’attitude des États-Unis sur la résolution du conseil de sécurité de l’ONU, inquiète l’État hébreu. Ce dernier risque de voir ses relations avec les États-Unis se détériorer.

Une visite avec de mauvais souvenirs

En 2010, Israël avait déclaré qu’il construisait 1600 logements sur une ville palestinienne qu’il avait annexée, ce qu’avait déploré la Maison-Blanche. Elle considérait la construction de ces logements comme un obstacle à la paix. De son côté, Joe Biden en visite en Israël pendant cette période avait critiqué leur attitude.

Pour la Palestine, cette visite n’apporte rien de nouveau. Ahmed Majdalani, membre de la direction palestinienne, affirme que le vice-président américain n’est là que pour parler de la situation syrienne et demander l’arrêt des violences pour une stabilité dans la région.

A propos de l’auteur

Victoria F.
Victoria F.
Victoria est l'acrobate de l'équipe de rédaction. Elle peut vous parler de tout pendant des heures, produire des articles sur la finance, la culture ou le sport en même temps sans se mélanger dans ses idées, un véritable petit génie. C'est aussi le dernier rédacteur, enfin rédactrice, qui a rejoint l'équipe.