L’obésité freine l’accès au travail en France

Une étude vient de révéler que l’obésité est toujours l’un des plus importants facteurs de discrimination dans le milieu du travail. Si la question du genre ou celle de l’ethnie ont souvent été soulevées pour expliquer la discrimination à l’embauche, l’obésité reste un problème handicapant pour obtenir un emploi.

Hamburger Obésité discrimination

Quand le poids empêche d’avoir un emploi

Ce problème ne vient pas seulement d’être soulevé. Il est débattu depuis longtemps dans la société française, mais ce que cette étude du défenseur des droits montre, c’est qu’il n’y a pas eu changement de comportement des Français sur ce plan. L’apparence physique constitue toujours un critère important d’embauche. Un tiers des personnes qui pensent avoir été discriminées disent que le poids a été le problème. Un chiffre important qui place l’obésité comme l’un des plus grands critères de discrimination juste après l’âge.

Ainsi le surpoids serait assimilé à de l’incapacité et les recruteurs, peut-être sans le faire exprès, ne verraient pas d’un bon œil une personne obèse. D’ailleurs, ce n’est pas seulement lors de l’embauche que cela poserait problème. L’obésité entrainerait aussi un frein à l’évolution professionnelle. Cette attitude serait particulièrement dangereuse avec des conséquences psychologiques et physiques.

Une discrimination qui touche plus les femmes que les hommes

Le 9e baromètre du Défenseur des Droits et de l’Organisation internationale du travail (OIT) indique que 36 % des femmes et 31 % des demandeurs d’emploi disent subir une discrimination à cause de leur poids. Différents chiffres comparatifs expliquent que 10% des chômeuses indiquent ce facteur contre 6% de leurs homologues masculins.

Ainsi, être obèse de sexe féminin augmenterait par huit les chances d’être recalée par rapport à une femme avec un indice corporel normal. Si les femmes sont beaucoup plus victimes d’une discrimination, c’est qu’elles subissent plus que les hommes les contraintes d’une société qui met en avant la minceur comme référence. Dans ce contexte, les femmes reçoivent plus les préjugés des employeurs qui ne voient pas en elles des personnes dynamiques et efficaces. Point qui pose problème alors que la discrimination est interdite par la loi.

Que dit la loi ?

Depuis une quinzaine d’années, la loi s’est prononcée afin de réduire les cas de discriminations dans le milieu du travail. En effet, la loi du 16 novembre 2001 interdit toute forme de discrimination s’appuyant sur un critère physique, mais aussi celles se fondant sur l’âge, le patronyme ou l’orientation sexuelle.

Au niveau européen, la Cour de justice de l’Union européenne ne fait pas mention formelle d’une interdiction de discrimination dans le domaine de l’emploi et du travail fondée sur l’obésité. Elle interdit par contre les discriminations fondées sur le handicap tout en considérant que l’obésité peut être un handicap.

Comment savoir si une personne a été jugée sur des critères physiques et non sur des critères professionnels ? Le rapport du Défenseur des droits est en cela intéressant car il propose aux entreprises de mettre en œuvre les principes d’objectivité, de transparence et de traçabilité des critères de sélection applicables à l’embauche. Mais ce qu’il faudrait avant tout, c’est l’organisation de sessions de sensibilisation à la déconstruction des stéréotypes et des préjugés liés à l’apparence physique.

A propos de l’auteur

Guy T.
Guy T.
Guy est le doyen de l'équipe de rédaction. A l'approche de ses 40 printemps, il amène l'expérience et la sagesse dans notre équipe et offre son aide et son soutien aux plus jeunes du groupe. Un membre indispensable dans la rédaction de EXS qui sait traiter des sujets en profondeur en connaissant les antécédents.