Opera dans le viseur d’un consortium chinois

Après une vingtaine d’années sur le marché, le navigateur web norvégien Opera n’aura toujours pas réussi à se faire une place de leader. Malgré les nombreuses innovations, il n’arrive pas à s’imposer devant ses concurrents. Ses propriétaires semblent disposés à le vendre à un consortium chinois qui a manifesté son désir d’acquérir le navigateur.

Opéra rachat

Les Chinois offrent 1,09 milliard d’euros pour acquérir Opera

Selon le conseil d’administration d’Opera qui s’est réuni mercredi dernier à Oslo, les actionnaires du navigateur doivent accepter la proposition de rachat faite par ces entreprises chinoises. Ce consortium regroupe deux leaders de l’internet en Asie : Beijing Kunlun Tec, une entreprise spécialisée dans la conception de jeux mobiles et en ligne et Qihoo 360, qui évolue dans le domaine de la cybersécurité (création d’antivirus et de navigateur web). Ils proposent ensemble 1,09 milliard d’euros pour acquérir l’intégralité du capital de la société norvégienne.

Durant vingt années de rude concurrence, Opéra s’est battu pour rester dans la course. Cependant, depuis son lancement en 1996, le navigateur peine toujours à prendre le dessus sur ses concurrents. Il occupe actuellement la 6e place mondiale, avec 5,7% de part du marché largement dominé par Google avec son navigateur (Google chrome) qui contrôle 50%. Il est loin derrière Internet Explorer (Microsoft), Safari (Apple) et Firefox (Mozilla).

Cette position pourrait être le résultat d’un mauvais choix stratégique, du moins de l’avis de Tristan Nitot, responsable chez Cozy Cloud et ancien président de Mozilla Europe. Ce dernier soutient que l’entreprise norvégienne s’est voulue être commerciale alors que ses concurrents proposent gratuitement leur logiciel de navigation. Selon lui, « Opera a été très innovant, mais a fait le choix d’être une société commerciale alors qu’il n’y a pas beaucoup d’argent à gagner dans les navigateurs ». Il lui sera alors très difficile de s’imposer là où Microsoft et Google offrent un usage gratuit de leurs logiciels (Internet Explorer et Google Chrome).

Opera, un navigateur internet innovant spécialisé dans la publicité

Il faut reconnaitre aussi que c’est en partie grâce aux résultats observés dans la publicité mobile qu’Opera, reste toujours compétitif. D’ailleurs, si les Chinois s’intéressent en partie à la société norvégienne, c’est parce que cette dernière est arrivée, avec l’intégration de publicités mobiles, à générer d’importants revenus, soit 75% de ses recettes en 2015.  En effet, l’année dernière, Opera a réalisé dans le dernier trimestre une recette de 193 millions de dollars.

Malgré son aspect payant, le navigateur européen parvient à regrouper un nombre réduit de fidèles grâce à des développements de fonctionnalités innovants et inédits. Opera Software a beaucoup développé la publicité mobile, ainsi que la compression de données mobiles. Il a été le premier, par exemple, à penser à la barre de recherche intelligente, aux miniatures en page d’accueil, à la navigation par onglets à la l’intégration d’un module du logiciel de téléchargement bit torrent, ou encore à l’optimisation de la navigation sur les Smartphones.

A propos de l’auteur

Celine A.
Celine A.
Céline est la plus jeune de l'équipe rédaction. Du haut de sa vingtaine d'année, elle est dynamique et travailleuse, rien ne l'arrête. Elle affectionne tout particulièrement les sujets un petit peu plus féminin, mais sait de quoi elle parle quand elle traite pourtant d'automobile ou de mécanique.