Visite d’une mosquée : Obama dénonce les amalgames sur la religion

De nombreux Américains pensent que Barack Obama est musulman. D’après un sondage de CNN réalisé en septembre dernier, 43% des républicains et 29% des Américains en sont certains. Le président a rigolé de cette situation lors de sa première visite dans une moquée aux États-Unis. Il n’a pas manqué de rappeler que Thomas Jefferson, ancien président des États-Unis, a été aussi victime d’une accusation pareille.

Barack Obama Président USA

7 ans pour se rendre dans une mosquée

L’attente a été longue avant de voir Obama se rendre dans une mosquée. Sept années se sont écoulées avant que cela n’arrive. Le centre islamique situé à Baltimore dans le Maryland a été la destination du président. Ce lieu est situé dans une zone discrète de la ville. Il faut dire que les musulmans attendaient cette visite depuis un moment. Cela est dû à l’atmosphère pesante d’islamophobie qu’on remarque dans le pays.

Barack Obama n’a pas manqué de déplorer avec la plus grande fermeté les confusions entre la religion et le terrorisme qui ne sont aucunement liées. De même, il a visé implicitement certains républicains engagés aux élections qui envisagent de mener une politique contre les musulmans. On se rappelle le souhait de Donald Trump que soient fermées les frontières aux musulmans après l’attaque en Californie et les attentats de Paris. Lors de l’incident de San Bernardino, deux musulmans ont causé la mort de 14 individus. Trump n’est pas le seul à créer la polémique, Ted Cruz, candidat à l’investiture républicaine avait aussi manifesté son inquiétude sur les réfugiés syriens accueillis aux USA et qui pouvaient être des terroristes.

Éviter les amalgames entre islam et nationalité

Pew Research Center a publié un sondage qui révélait que plus de la moitié des Américains ne souhaitaient pas avoir un président qui polémique sur la religion ou qui attaque l’islam en matière de terrorisme. Du côté des républicains, 29% d’entre eux appellent à être prudent, 70 % des démocrates le pensent. On comprend par là que le débat sur l’islam est diversement perçu.

C’est dans cette atmosphère que Barack Obama a rendu visite à la communauté musulmane minoritaire (moins de 1% de la population, soit 2,7 millions de personnes). Le président a conseillé aux jeunes de ne pas faire un choix entre foi et patrie, car selon lui, on est américain et musulman, et non américain ou musulman. Il ne s’agit pas de faire un quelconque choix. Cela a été bien apprécié par la communauté. Il a par ailleurs souhaité que les musulmans se manifestent plus contre les actes terroristes perpétrés.

Cependant, ce discours suffira-t-il à rassurer ses rivaux politiques qui le traitent d’islamophile ? Selon ses détracteurs, Obama n’a pas su mesurer l’ampleur du danger que représentait l’État islamique.

 

A propos de l’auteur

Victoria F.
Victoria F.
Victoria est l'acrobate de l'équipe de rédaction. Elle peut vous parler de tout pendant des heures, produire des articles sur la finance, la culture ou le sport en même temps sans se mélanger dans ses idées, un véritable petit génie. C'est aussi le dernier rédacteur, enfin rédactrice, qui a rejoint l'équipe.