L’allaitement pour sauver plus de vies

L’allaitement maternel est devenu un problème de santé publique. Selon de nombreuses études, dans le domaine médical, publiées dans la revue « The Lancet », près de 20 000 mères de famille et 800 000 bébés pourraient être sauvés grâce à l’allaitement. Il faut dire que ces recommandations sont dans la même logique que les préconisations de l’OMS qui stipule un allaitement maternel en exclusivité pendant les six premiers mois.
Allaitement d'un bébé au sein

Un bon apport pour la santé

Depuis plusieurs années, l’allaitement est bien connu comme ayant des effets bénéfiques pour la santé. Les nouvelles recherches révèlent que ces propriétés avantageuses ne sont pas uniquement destinées aux pays en voie de développement. On remarque que dans ces pays, l’allaitement peut aider à éradiquer de moitié certaines maladies épidémiologiques, comme la diarrhée et certaines infections liées à la respiration.

Dans les zones développées, où la mortalité des enfants est maîtrisée, l’allaitement pourrait être la solution pour réduire par 3 les morts subites. Il en est de même pour les maladies qui affectent régulièrement les enfants comme l’asthme, la pneumonie, etc. Les mères ne sont pas en reste puisque l’allaitement est un moyen pratique pour réduire le cancer du sein, 20 000 cas pourraient être ainsi prévenus.

Des conséquences économiques intéressantes

Au plan économique, l’allaitement est d’un très grand avantage. Les recherches ont révélé que des économies de l’ordre de 2,45 milliards de dollars pourraient ainsi être réalisées aux États-Unis sur les fonds investis dans le système de santé. Ce montant serait de 29,5 millions pour l’Angleterre et 223,6 millions pour la chine. Une ancienne étude avait montré que l’allaitement serait bénéfique pour l’intelligence. De même, les pertes seraient de 302 milliards dans le monde à cause de la faiblesse de l’allaitement. Cela représente 0,5% du PIB dans le monde. On remarque ainsi que les effets positifs du lait maternel sont indéniables. Dans un autre sens, les fortes campagnes de communication sapent carrément les recherches faites à ce niveau. Il revient donc aux acteurs de santé publique de prendre les mesures idoines.

Dans un pays comme le Brésil, la durée de l’allaitement, qui était de 2,4 mois au cours de l’année 1975, est passée de 14 mois en 2006. Cela a été favorisé par les campagnes de communication des acteurs de la santé publique. Sur le territoire français, les femmes qui sont discriminées dans leurs quêtes d’emploi ne sont pas enclines à cultiver cette pratique.

A propos de l’auteur

Celine A.
Celine A.
Céline est la plus jeune de l'équipe rédaction. Du haut de sa vingtaine d'année, elle est dynamique et travailleuse, rien ne l'arrête. Elle affectionne tout particulièrement les sujets un petit peu plus féminin, mais sait de quoi elle parle quand elle traite pourtant d'automobile ou de mécanique.