Nouvelles manifestations des agriculteurs à Rouen

De nouvelles vagues de manifestations ont eu lieu ce jeudi 28 janvier 2016 à Rouen. Les agriculteurs se sont rassemblés devant la Cité administrative et bloquent le quartier. Une intensification de leurs manifestations qui montre une colère de plus en plus grande.

Manifestation agriculteur rouen

La Cité administrative est bloquée à Rouen

Ce jeudi 28 janvier 2016, plusieurs fonctionnaires ne se rendront probablement pas à leurs bureaux. Les agriculteurs ont totalement investi Rouen et aucune circulation n’est possible. Une trentaine de tracteurs ont été alignés sur les routes principales et, conformément à leurs méthodes depuis plusieurs jours maintenant, du lisier et des pneus ont été déversés devant les entrées de bâtiments par une centaine d’agriculteurs qui ont aussi installé des fils barbelés. Le mouvement ne cesse de grandir et il est prévu que d’autres agriculteurs rejoignent la cohorte mécontente qui entend se diriger vers la préfecture de la Région. Après des blocages entiers et de vives protestations dans la Manche et dans le Calvados, la Cité administrative est le premier lieu de manifestations des agriculteurs à Rouen.

La progression de manifestations dure depuis longtemps

Les manifestations des agriculteurs ont secoué la France durant toute l’année. Elles se sont un peu calmées avant de reprendre la semaine dernière comme l’indiquait Frank Guéhennec, le président des fédérations départementales des syndicats d’exploitants agricoles (FDSEA), qui avait annoncé « une semaine syndicale relativement chaude ». Mardi 26 janvier, le mouvement de grève était national. Le mercredi, on dénombrait une vingtaine de barrages routiers ou opérations escargots à la mi-journée. La colère des agriculteurs partie de la Bretagne et dans les Pays de la Loire s’étend progressivement en Normandie et Rouen qui est l’actuelle capitale du mécontentement des agriculteurs.

Des protestations contre les actions gouvernementales

Depuis un bout de temps, les éleveurs interpellent le gouvernement sur les cours très bas auxquels le porc, le lait et la viande bovine sont achetés par les industriels de la transformation qui sont inférieurs aux coûts de production. Actuellement, ils se disent mécontents du plan de soutien à l’élevage bovin, porcin et laitier instauré. Stéphane Le Foll, le ministre de l’Agriculture, avait annoncé une rallonge budgétaire de 125 millions d’euros aux 700 millions déjà accordés dans le cadre de ce plan. Mais pour les producteurs, la crise qu’ils subissent nécessite des mesures structurelles. La table ronde prévue en Bretagne le 28 janvier sera boycottée par la majorité des syndicats et les manifestations actuelles sont un pressing pour que le gouvernement revoie son plan de soutien.

A propos de l’auteur

Celine A.
Celine A.
Céline est la plus jeune de l'équipe rédaction. Du haut de sa vingtaine d'année, elle est dynamique et travailleuse, rien ne l'arrête. Elle affectionne tout particulièrement les sujets un petit peu plus féminin, mais sait de quoi elle parle quand elle traite pourtant d'automobile ou de mécanique.