Va-t-on vers une réduction des charges patronales pour endiguer le chômage ?

Les conclusions découlant du plan d’urgence pour l’emploi seront annoncées ce lundi par François Hollande. On parlerait d’une prime sur les recrutements destinée aux très petites entreprises (TPE). Les chefs d’entreprises qui réclamaient une réduction de leurs charges auront-ils une satisfaction grâce à ces mesures ?

Réduction charge chômage

Une solution à la situation économique actuelle

Des réponses sont apportées à l’état d’urgence économique qui est entré en vigueur depuis 31 Décembre. En effet, le gouvernement devra dès ce lundi donner des solutions concernant le chômage qui prend de plus en plus d’ampleur. Le problème de l’apprentissage sera évoqué dans ce plan. De même, une prime de 2000 euros sera mise à la disposition des PME pour favoriser plus de recrutement. Cela ne donne pas entière satisfaction aux patrons. Ces derniers veulent une baisse des charges qui leur incombent. En effet, le patronat souhaitait que les cotisations sociales des employeurs soient exonérées pendant deux ans pour les nouveaux recrutements.

Depuis plusieurs années, le Medef lutte dans ce sens, car estimant que les charges salariales sont les plus gros blocages aux recrutements dans le pays. Selon les chefs d’entreprises, le coût du personnel a contribué à la fermeture de nombreuses entreprises.

41 milliards d’économies pour les entreprises

Le pacte de responsabilité qui a été lancé depuis 3 ans continue à faire sa percée. Elle devra connaitre son épilogue en 2017 et déjà près de 41 milliards d’euros ont été mis à la disposition des sociétés. Ces montants peuvent concerner des crédits d’impôt ou même des rabais au niveau des charges. Ce grand effort qui a été fait par l’exécutif avait pour objectif d’inciter les chefs d’entreprises à prendre des engagements réels en termes de recrutements.

Le constat est que trois ans après le lancement de cette politique, les résultats espérés ne sont pas au rendez-vous. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le premier ministre Manuel Valls a incité les branches professionnelles à accélérer le processus. Au cours du mois de Janvier, il devra même recevoir les mandataires de ces branches qui ont été signataires du pacte de responsabilité.

Des réductions sans gros ciblage

Dans le cadre des solutions pour booster la création d’emploi, les économistes conseillent la retenue. En effet, il ne serait pas prudent de faire des baisses additionnelles au moment où le pacte de responsabilité suit toujours son cours. Il faudrait attendre que ce plan arrive à son terme avant de prendre d’autres mesures.

Dans un autre angle, il y a la politique qui vient chambouler les concepts économiques. En effet, le président doit présenter des réalisations concernant le secteur de l’emploi avant la fin de son mandat. La réalité est que les milliards qui ont été octroyés aux organisations n’ont pas encore donné leur fruit. Le taux de chômage a atteint des proportions très importantes. Dans un autre angle, des recherches ont révélé que le CICE a servi à l’augmentation de salaires, ce qui est loin de son objectif. Si le problème du chômage continue dans sa lancée, il représentera l’un des éléments négatifs de la politique de François Hollande.

A propos de l’auteur

Celine A.
Celine A.
Céline est la plus jeune de l'équipe rédaction. Du haut de sa vingtaine d'année, elle est dynamique et travailleuse, rien ne l'arrête. Elle affectionne tout particulièrement les sujets un petit peu plus féminin, mais sait de quoi elle parle quand elle traite pourtant d'automobile ou de mécanique.