Une nouvelle présidente pour Taïwan grâce à la victoire du parti indépendantiste

Le nouveau dirigeant de Taïwan est une femme, il s’agit de la candidate du parti indépendantiste qui a remporté les élections haut la main avec 60% des suffrages. Cette nouvelle n’est pas sans conséquence sur les relations avec la Chine. Les rapports entre les deux territoires vont à coup sûr être plus tendus. En effet, la perte du pouvoir du Kuomintang, parti qui prônait le rapprochement avec Pékin, n’est pas une bonne nouvelle pour les relations entre ces deux parties de la Chine.
La nouvelle présidente de Taiwan

Des rapports de la plus en plus tendus

Du fait que les habitants ont grandement voté pour le DPP (parti démocratique progressiste) qui était alors dans l’opposition, les relations entre Pékin et Taïwan risquent de connaitre un gel après plusieurs années de tentatives de rapprochement infructueuses. Le KMT, qui était au pouvoir depuis huit ans, s’était considérablement rapproché de Pékin. Le malaise entre les relations avec Pékin était visible. C’est ainsi que Tsai Ing-Wen, une universitaire à la retraite, a profité de cette situation pour prendre le pouvoir.

En effet, il fallait trouver une solution concrète à la situation économique qui était morose depuis un certain temps. La confirmation de la victoire de ce samedi a été l’occasion pour les sympathisants du gagnant de se réunir au siège du parti à Taipei. Selon une électrice, la revendication de Taïwan par la Chine est un gros problème que tout le monde doit connaitre. Le rapprochement avec Pékin avait connu son paroxysme à l’occasion d’un sommet qui s’est déroulé à la fin du mois de Novembre. Cela était une première, depuis la dislocation, il y’a une soixantaine d’années.

Vers une dégradation certaine des rapports

De nombreux spécialistes des relations internationales et diplomatiques pensent que les rapports entre les deux zones risquent de se dégrader encore davantage. Un éventuel dégel ne pourra pas se faire qu’au fur et à mesure. On remarquera une certaine complexité dans les relations qui seront de plus en plus très décalées des prévisions des analystes. L’objectif de Pékin reste le maintien de Taïwan dans une dépendance, notamment au plan économique. Cela est un point essentiel.

Ses élections marquent la deuxième arrivée du DPP au gouvernement depuis les huit années au pouvoir Chen Shui-bian entre 2000 et 2008. Le parti démocratique progressiste veut également gagner la plus grande partie des 113 sièges au parlement à l’occasion des élections législatives en se fondant sur la morosité économique avec une grande insatisfaction des Taïwanais.

A propos de l’auteur

Boris H.
Boris H.
Boris est une personne qui touche à tout et qui s'intéresse à tout depuis son plus jeune âge. Dès son enfance, il apprit à parler et à écrire très jeune. Un don qu'il n'a pas tardé à mettre en pratique dans son métier en devenant rédacteur. Aujourd'hui, de part son expérience, il a rejoint l'équipe de EXS afin de gérer le pôle rédaction et orienter les rédacteurs sur les sujets à traiter.