Le PSG avertit la rappeuse britannique M.I.A.

Le club français du PSG, dans une lettre officielle, a mis en demeure la rappeuse anglaise M.I.A et sa maison de production Universal après un clip où elle affichait l’image du club de la capitale.  En effet, les dirigeants se sont insurgés contre cette mauvaise publicité et un détournement de leur sponsor Fly Emirates par Fly Pirates pour dénoncer le sort des réfugiés.

PSG MIA

Un clip pour dénoncer le sort des réfugiés

La très engagée rappeuse et sa maison de production Universal n’ont pas été sensible au sort qu’on a réservé aux réfugiés. Ainsi, M.I.A, qui a décidé comme à l’accoutumée de dénoncer par son art, à savoir la musique, a porté dans son clip le maillot du PSG. Arborant un maillot blanc de l’équipe de la capitale française où le sponsor Fly Emirates est renommé Fly Pirates, elle dénonce dans ce clip intitulé « Borders » ce que subissent chaque jour les réfugiés un peu partout dans le monde.

Pour certains, ce détournement fait allusion au Qatar dont la famille régnante tient les rênes du club phare de la capitale et où les émigrés vivent dans des conditions exécrables. Toutefois, le Paris Saint Germain qui a l’habitude de surfer sur l’image positive qu’il a au pré des stars tel que Rihanna, Drake entre autres, n’a pas du tout apprécié ce détournement.

Une lettre officielle du club en guise de mise en garde

Cet usage du maillot du PSG a eu le don de réveiller le courroux des dirigeants du club qui ont tenu à mettre les points sur les « i ». Allant dans ce sens, le club s’offusque et s’indigne de cette publicité négative. Ainsi dans une lettre envoyée à Universal, Jean Claude Blanc ne comprend pas « Nous ne comprenons pas pourquoi nous sommes associés, via notre logo et notre maillot, à une telle dénonciation ».

Le directeur général du club en a profité pour rappeler l’engagement sans faille du club de la capitale pour un bon traitement des réfugiés en mettant en relief un don d’un million d’euros adressé à Au Secours Populaire et l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés en septembre dernier via la Fondation PSG. Ainsi, Jean Claude estime que le club a été délibérément lésé et qu’il a subi selon ses mots un « préjudice d’image » en arguant que la maison de disque surfe sur la popularité du club pour faire passer son message. Et pour conclure, il a sommé via sa lettre à la maison de disque de retirer ce clip de tous les médias sous 24 heures.

A propos de l’auteur

Victoria F.
Victoria F.
Victoria est l'acrobate de l'équipe de rédaction. Elle peut vous parler de tout pendant des heures, produire des articles sur la finance, la culture ou le sport en même temps sans se mélanger dans ses idées, un véritable petit génie. C'est aussi le dernier rédacteur, enfin rédactrice, qui a rejoint l'équipe.