Lutte contre le terrorisme, le gouvernement compte renforcer les prérogatives de la Police

À la suite des attentats de Paris qui ont ému toute la république et le monde entier, une batterie de mesures importantes a été prise pour renforcer la sécurité. Allant dans ce sens, le président de la République François Hollande, quelques heures après les attentats, a décrété l’état d’urgence qui juridiquement donne plus de pouvoir à la police. Mais la population qui vit la peur au ventre en demande plus afin d’anéantir les réseaux terroristes en plein cœur de Paris. Ainsi pour répondre à une telle demande, le gouvernement veut donner plus de pouvoir à la Police en dehors de l’état d’urgence.

Lutte terrorisme

Des outils pour lutter plus efficacement contre la menace

Quelques heures après les attentats de novembre, le président François Hollande dans son adresse à la nation disait que la France est en guerre, ce qui exige un renforcement des moyens. Ainsi jugeant insuffisant les nombreuses lois qui ont été votées depuis plus de vingt ans, y compris celle de 2014 et celle de juillet 2015 sur le renseignement, le premier ministre Manuel Valls est persuadé que les moyens de la police peuvent davantage être renforcés. C’est dans cette perspective qu’un texte a été transmis au Conseil d’État.

Le gouvernement veut ainsi augmenter les pouvoirs de la police. Ainsi, voilà les objectifs de ce projet de loi : « renforcer de façon pérenne les outils et moyens mis à disposition des autorités administratives et judiciaires, en dehors du cadre juridique temporaire mis en œuvre dans le cadre de l’état d’urgence ». À terme elle « renforcera la lutte contre la criminalité organisée et son financement, l’efficacité et les garanties de la procédure pénale ». Ainsi, cette partie n’est que discours, encore faudrait-il savoir le contenu réel de cette mesure et si elle ne viole pas les lois élémentaires de liberté individuelle et associative.

Qu’est-ce que cette loi changera ?

À peine cette loi évoquée, beaucoup de controverses sont notées. Si certains estiment que cela est rassurant et aidera à éradiquer les nids de banditisme en France, d’autres la fustigent, car étant contraire au principe de liberté. Il serait important de savoir ce que cette loi risque de changer concrètement dans les procédures des policiers. Allant dans ce sens, si cette mesure est appliquée, les policiers auront le droit de fouiller voiture, bagage, maison et contrôler l’identité de toute personne qui circule sur le territoire français sans présomption d’infraction qui était jusque-là nécessaire. Ainsi, les policiers pourront le faire sur autorisation du préfet si celui-ci soupçonne une activité terroriste.

En outre, les gardiens de la paix peuvent retenir une personne sans pièce d’identité même mineure jusqu’à quatre heures de temps sans la présence de son avocat à condition qu’il soit soupçonné d’activité terroriste ou de liaison avec les terroristes. De plus, il y a un assouplissement des situations où l’usage d’arme est nécessaire. Maintenant, l’agent de police peut utiliser son arme en dehors de la légitime défense afin de stopper toute personne ayant commis un homicide. Mais la grande innovation, c’est la possibilité d’assigner en résidence les personnes en provenance de Syrie ou soupçonnées de vouloir s’y rendre.

A propos de l’auteur

Victoria F.
Victoria F.
Victoria est l'acrobate de l'équipe de rédaction. Elle peut vous parler de tout pendant des heures, produire des articles sur la finance, la culture ou le sport en même temps sans se mélanger dans ses idées, un véritable petit génie. C'est aussi le dernier rédacteur, enfin rédactrice, qui a rejoint l'équipe.