Naufrage de migrants turcs aux portes de l’Europe

Les gardes-côtes turcs ont découvert, mardi 5 Janvier 2016, près de 36 corps de migrants qui quittaient la Turquie pour essayer de rejoindre l’Europe. Les corps des victimes ont été repêchés au large des côtes turques et certains ont été retrouvés sur la plage. Les gardes-côtes ont pu secourir quelques migrants qui se trouvent en état d’hospitalisation. Cette annonce de l’agence de presse Dogan fait écho aux nombreux autres cas de naufrage recensés tout au long de l’année 2015.

migrants turcs europe

Des naufrages causés par le mauvais temps

Les nouvelles des naufrages de bateaux de migrants turcs rappellent tristement que la tragédie migratoire ne connait pas encore d’épilogue. Deux embarcations de fortune ont échoué sur les côtes grecques en raison des forts vents qui soufflaient sur la mer Égée. La première embarcation qui a quitté la région de Dikili (ouest) au petit matin pour faire une halte sur l’île de Lesbos a chaviré avec 22 personnes à bord. Les corps des passagers ont été retrouvés sur une plage plus lointaine du district d’Ayvalik. La gendarmerie poursuit ses recherches pour retrouver les autres passagers de cette embarcation.

Le second bateau quant à lui a été retrouvé au large de la station balnéaire de Dikili. Parmi les 58 passagers, plusieurs corps sans vie de cet équipage de fortune ont été retrouvés sur une plage proche. Cependant, certains passagers ont pu être sauvés. Trop faibles et en situation d’hypothermie, ces survivants ont tous été acheminés vers l’hôpital pour recevoir les soins de première urgence. Les victimes de ces naufrages, qui se comptent par dizaines sont autant des hommes, des femmes, que des enfants. Les images de ce drame montrent des corps revêtus de gilets de sauvetage alignés sur une plage de galets, ainsi que des gendarmes repêchant d’autres victimes dans l’eau.

Une situation migratoire très préoccupante

Le bilan du naufrage de ce mardi 5 janvier est le plus meurtrier de l’année 2016. Il interpelle sur les migrants qui ne cessent de braver toutes situations, particulièrement les conditions climatiques extrêmes, dans le but de rejoindre l’Europe par la mer. Plus de 86.000 migrants ont été interceptés par les autorités turques en 2015, soit une moyenne de plus de 150 par jour.

Les chiffres de l’Organisation internationale des migrations (OIM) sont beaucoup plus importants. Plus d’un million de migrants auraient rejoint l’Union européenne en 2015 dont 700.000 en traversant la mer Égée vers les îles grecques. Pour plusieurs milliers d’euros par personne, des passeurs assurent le périple pour lequel les risques se mêlent à l’incertitude d’arriver à destination.

La Turquie, qui est le principal point de départ des migrants, peine à contenir ces flux migratoires. Sa coopération croissante avec les pays de l’Union européenne est censée être un atout pour juguler l’importante migration qui provient de son territoire. Au centre de coopération policière et douanière entre la Turquie, la Grèce et la Bulgarie, s’ajoute une aide européenne de trois milliards d’euros conclue en septembre 2015 avec l’objectif d’aider à installer les réfugiés syriens et irakiens qui forment le plus grand lot des migrants.

A propos de l’auteur

Guy T.
Guy T.
Guy est le doyen de l'équipe de rédaction. A l'approche de ses 40 printemps, il amène l'expérience et la sagesse dans notre équipe et offre son aide et son soutien aux plus jeunes du groupe. Un membre indispensable dans la rédaction de EXS qui sait traiter des sujets en profondeur en connaissant les antécédents.