Les indicateurs économiques chinois sont en pertes de croissance

La Chine ne cesse d’enchaîner les mauvaises nouvelles en matière économique. La récente enquête du très grand groupe de média chinois Caixin montre que la croissance du secteur des services en Chine est en forte baisse en Décembre. Ces chiffres, ajoutés aux indices décevants de l’activité manufacturière du pays, témoignent du ralentissement économique de la Chine.

chine-croissance-baisse

La baisse de croissance du secteur des services

L’indice Caixin-Markit provenant des directeurs d’achat est tombé à 50,2 alors qu’il était de 51,2 au mois de novembre. Cette baisse de la croissance est le deuxième niveau le plus faible depuis le début d’une morosité qui date de 2005. La conclusion est flagrante lorsqu’on sait que le plus bas indice de croissance date seulement de Juillet 2014. La composante qui mesure les nouvelles affaires s’est arrêtée à 50,6 en Décembre alors qu’elle était de 51,1 au mois novembre.

Le secteur des services n’est pas le seul à connaitre une baisse pareille. L’indice PMI Caixin-Markit Manufacturier fait état d’une contraction de l’activité dans ce secteur à 48,2 pendant le mois de Décembre. Cette indication contraste avec les prévisions qui estimaient un léger rebond à 49. Pire, elle reste inférieure à l’indice de Novembre qui était de 48,6. C’est la dixième fois de suite que l’activité manufacturière se contracte. Certains sous-indices comme celui de la production ne sont guère rassurants et suivent la même tendance. Une contraction de l’activité manufacturière se produit lorsque l’indice est inférieur à 50 alors qu’un chiffre supérieur marque une expansion de celle-ci. La baisse de croissance des services, si elle n’est pas encore dans la zone chaotique, vient confirmer la déprime de la conjoncture au sein de l’Empire du Milieu.

Une vague de déprime généralisée au niveau international

À la suite de l’annonce des désastreux indices PMI des directeurs d’achat par le groupe privé Caixin ce lundi 4 janvier, les bourses chinoises ont connu une chute de 7%. Cet écroulement intervient avant la levée prochaine de restrictions visant certains actionnaires et l’arrivée à échéance des mesures de l’état pour soutenir les marchés. Cette crise souligne la fragilité de la relance économique en Chine et pourrait pousser les autorités à s’interroger sur la nécessité de nouvelles mesures de soutien de la croissance. Ces derniers ont mis en place un système de suspension des marchés afin d’enrayer la volatilité des cours.

Toutefois, plusieurs analystes restent sceptiques quant à l’efficacité de ce système. De gros efforts de créativité doivent être faits en Chine pour redresser la pente en ce moment où le contexte géopolitique actuel n’est surtout pas favorable à de grandes performances.

Les tensions entre l’Iran et l’Arabie Saoudite ainsi que l’annonce par la Corée du Nord d’un essai réussi de bombe nucléaire à hydrogène sont des risques préoccupants. Les premières conséquences de ces mauvaises nouvelles conjuguées s’observent en premier lieu au niveau régional. Alors que les places boursières de Shanghai et de Shenzhen ont été suspendues, la Bourse de Tokyo était en baisse de plus de 1% mercredi à la mi-séance. Dans le reste du monde, les Bourses européennes et européennes ont aussi été plombées par les mauvais indicatifs provenant de la chine.

A propos de l’auteur

Celine A.
Celine A.
Céline est la plus jeune de l'équipe rédaction. Du haut de sa vingtaine d'année, elle est dynamique et travailleuse, rien ne l'arrête. Elle affectionne tout particulièrement les sujets un petit peu plus féminin, mais sait de quoi elle parle quand elle traite pourtant d'automobile ou de mécanique.